Paroles de chansons

françaises

Terminus

Kilogra', kilogra'
Kilogrammes dans le coffre, on revient d'Ketama
Kilomètres, kilomètres
Kilomètres parcourus pour en arriver là
Kalash braquée sur la tempe, khoya la vie joue à pile ou face
Au quartier j'étais bon qu'à vendre, j'étais distributeur comme Musicast
Triste époque, triste époque
Où ces putains d'loux-ja parlent de tout c'qu'ils n'ont pas
Les tits-pe font même plus du rap
Chantent sur du ke-zou ou du Kizomba
Soudoyer, soudoyer
Soudoyer, dans ma poche : gradés et surveillants
Qu'à rapper, qu'à rapper
Qu'à rapper mais devant : tremblement, bégaiement

Terminé, terminé
Terminé, ton vieux banquier t'a dit : 'Terminus'
J'laisse ma voiture au valet, moi qui galérais à l'arrêt d'bus
Bats les couilles, bats les couilles
Parti de rien, khoya j'suis né dans l'7-8
Vous voulez fumer Fouiny ?
Pa ni pwoblem, les gars faites vite

J'm'en bats les reins, bats les reins
Bats les reins, parti de rien j'avais juste l'odo
Galérien, galérien vise les sommets
Un couteau planté dans l'dos
Avec un flow pareil
J'suis farhan comme si j'avais gagné au Loto
Et tous ces jaloux sont verts, le swagg à Piccolo
Allumer, allumer
Allumer, paraît qu'tes khos s'sont fait allumer
Le rap c'est comme un frère au trou, ton associé il faut l'assumer
Broliqués, broliqués
Broliqués, et tout les tits-pe ont grandi
Le juge ne m'a pas fait de fleur, à Bois d'Ar' ma haine a fleuri

Terminé, terminé
Terminé, ton vieux banquier t'a dit : 'Terminus'
J'laisse ma voiture au valet, moi qui galérais à l'arrêt d'bus
Bats les couilles, bats les couilles
Parti de rien, khoya j'suis né dans l'7-8
Vous voulez fumer Fouiny ?
Pa ni problème, les gars faites vite
Terminé, terminé
Terminé, ton vieux banquier t'a dit : 'Terminus'
J'laisse ma voiture au valet, moi qui galérais à l'arrêt d'bus
Bats les couilles, bats les couilles
Parti de rien, khoya j'suis né dans l'7-8
Vous voulez fumer Fouiny ?
Pa ni problème, les gars faites vite

Terminé, terminé
Terminé, le procureur t'a dit : 'Terminus'
Déterminé, j'les ai exterminés, petit le trône est en cactus
Favelas, surveille ton dos gamin ou tu finiras comme John Snow
Les petits grandissent avec Snap
Moi j'ai connu les parloirs fantômes
1 million, 2 millions, 3 millions, 10 millions
Pour moi c'est jamais assez
Rebellion, rebellion
Rebellion, et les condés, gros, se font caillasser
Sans pression, sans pression
Sans pression mon avocat m'évite le bracelet
Tu ferais mieux d'fermer ta bouche ou on va te terminer

Terminé, terminé
Terminé, ton vieux banquier t'a dit : 'Terminus'
J'laisse ma voiture au valet, moi qui galérais à l'arrêt d'bus
Bats les couilles, bats les couilles
Parti de rien, khoya j'suis né dans l'7-8
Vous voulez fumer Fouiny ?
Pa ni problème, les gars faites vite
Terminé, terminé
Terminé, ton vieux banquier t'a dit : 'Terminus'
J'laisse ma voiture au valet, moi qui galérais à l'arrêt d'bus
Bats les couilles, bats les couilles
Parti de rien, khoya j'suis né dans l'7-8
Vous voulez fumer Fouiny ?
Pa ni problème, les gars faites vite

Poppée

T’as l’visage qui plie comme un bandonéon
Quand tu souris aux anges t’es si belle j’suis si con
Poppée

T’as l’visage qui s’ouvre comme la mer y a longtemps
Quand tes brillants découvrent
Ce soleil qui est si grand
Poppée

Toi t’as planté ton camp entre tes deux parents
Dans un lit trop grand où deux vieux paresseux
Poppée
S’endorment juste avant d’être encore amoureux
C’est pas qu’tu prends d’la place dans ton lit tu s’rais mieux
Poppée

Cet amour qu’était là au bout de notre fusil
J’étais prêt à tirer, je jure qu’elle aussi
Poppée
Et puis t’es venue donner à boire à nos chevaux
Dans cette nuit sans lune au bout de notre rouleau
Poppée

Quand je plante mon nez dans ton cou mon Poppée
Comme dans un verre à pied
Je renifle l’odeur de ta robe fruitée
Et ça pique sous me paupières Poppée
Et le bonheur qui coule alors dans mes ruisseaux
M’arrache à cet instant à cette vie de salaud

Toi tu marches à quatre pattes, moi je tiens plus debout
Dans tes cheveux en soie, y a du blond, y a du roux
Poppée

Et sur ce ring doré où j’ai pris trop de coups
Je m’écroule mais je ne te lâcherai pas mon petit bout
T’es belle comme une prière, t’es belle sans l’faire exprès
J’te regarde à genoux, tu m’regardes étonnée

T’as le visage qui se plie comme un bandonéon
Quand tu souris aux anges t’es si belle je suis si con

Litanie de l'écolier

Saint Anatole,
Que légers soient les jours d'école !

Saint Amalfait,
Ah ! Que nos devoirs soient bien faits !

Sainte Cordule,
N'oubliez ni point ni virgule !

Saint Nicodème,
Donnez-nous la clé des problèmes !

Sainte Tirelire,
Que Grammaire nous fasse rire !

Saint Siméon,
Allongez les récréations !

Saint Espongien,
Effacez tous les mauvais points !

Sainte Clémence,
Que viennent vite les vacances !

Sainte Marie,
Faites qu'elles soient infinies !

Je dois te dire tout ça

Il me reste un, deux mois, peut-être pas
Le docteur ne savait pas
Et je dois rentrer chez nous là-bas
Je dois te dire tout ça
Je dois te dire tout ça

La nuit avance et mes mains tremblent un peu
La lune est pleine est c’est merveilleux
C’est si bon l’été qui approche déjà
Je dois te dire tout ça

J’aurais tant voulu un jour être vieux
Avec les rires d’enfants et puis nous tous les deux
il me reste encore toutes ces choses à voir
À toucher, à gouter, à aimer,

Ça rime à rien d’arrêter de boire et de fumer
Autant tout bruler jusqu’au bout
J’aime quand tu caresses me cheveux
Quand j’ai ma tête sur tes genoux

Et je sais tu me diras, il faut se battre mon amour
J’avais pas la foi, mais je vais y penser cette fois
Pardonne-moi les mensonges et la violence mon amour
Tout ça c’était pas contre toi
Je dois te dire tout ça

Tu as passé une bonne partie
De ta vie à sauver la mienne
Je sais pas pourquoi t’es jamais partie
Comment t’as pu porter tout cette peine

Il me reste quelques moment tu vois
Et je veux les passer près de toi
Mes mains tremblent, je suis devant la maison
Je dois te dire tout ça

Le Grand Chemin

You are still my bride, we’ve the light inside,
It’s the act between Venus and Mars

Chérie, ramasse to sourire
nous partons tous les deux vers très loin
Chérie, mets ta belle robe rouge
Et lâche tes cheveux, t’es mon petit Indien

Chérie, on va faire comme avant
Comme avant les enfants, quand on s’est ramassés
Chérie, on boitait tous les deux
Et au fond de mon ventre, t’es venue te nicher

Je vais t’emmener là-bas, ce soir la nuit nous appartient
Je vais t’emmener là-bas, c’est au bout du grand chemin

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

Chérie, c’était à l’arrêt de bus, à la sortie du concert de Bruce
Il nous en a fait lui du bien
Chérie, sans un mot sans rien dire, J’ai ramassé ton sourire
Tous les deux on savait bien

Je vais t’emmener là-bas, la vie nous a volé presque rien
Je vais t’emmener là-bas, c’est au bout du grand chemin

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

Chérie, t’as les mains sur les hanches sur le pas de la porte
Tu sais que ça me tue
Chérie, et sous ta robe rouge y’a mon rêve qui bouge
Je t’aime comme au début

On va s’aimer encore là-bas, tu m’en as fait toi du bien
On va s’aimer encore là-bas, c’est au bout du grand chemin

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

And the road it shines, lines of matrix signs
That are signalling love to the stars
You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

You are still my bride, we’ve the light inside
It’s the act between Venus and Mars

Connaissez-vous là bas

Connaissez-vous là bas sur la prairie,
L'éclat du ciel ou passe un vol d'oiseaux,
Au bord de l'eau ou monte un chant de vie
J'allais cueillir la fleur du renouveau

O ma maison non loin de la clairière
Comme un ami debout sur l'horizon
Jusque vers toi s'envole ma prière
Tandis que tournent les saisons,

Connaissez-vous là bas sur cette lande,
L'allée du bois au bout de ma maison
Mon cœur est là et ne peut plus entendre
Cette voix qui chante sa chanson

Passez, passez saisons

Tandis que tournent les saisons
Ou j'irais voir penché sur la rivière,
Mon doux pays, mon seul amour.

Je t'aime (Wo Ai Ni)

Ne pars pas
Reste un peu
Regarde, regarde-moi
Ne me laisse pas
Tu sais sans toi je ne veux plus
Je ne veux rien
Tu es ma vie
Ma vie à moi
T'en va pas
Je t'l'ai peut-être jamais dit
Mais je, je t'aime

Je Reviendrai

Si mes rêves sont ailleurs
Je suis prêt à m’en aller
Pour aller chercher ce destin qui me ressemble

Je n’ai jamais eu peur de changer, de voyager
Cents fois j’ai traversé des routes, des ponts qui tremblent

J’ai beau parcourir le monde
Tous mes chemins mènent à toi
Il y a mille étoiles mais au dessus un seul ciel

J’ai beau parcourir le monde
Mais mon seul pays c’est toi
Même loin de tes yeux je serai toujours fidèle

Refrain:
Je reviendrai comme on plonge
Enfin dans le bain de la vie
Je te vois même dans mes songes
Comme le jour cherche la nuit
Je trouverai enfin tes bras

Je suis allé si loin pour trouver la liberté
Là ou ne vivent que le chagrin et le silence
Sans peur du lendemain j’ai reçu comme j’ai donné
J’ai perdu souvent mais j’ai retenté ma chance

J’ai beau parcourir le monde
Je ne vois qu’un seul visage
Il y a mille étoiles et pourtant je ne vois qu’elle

J’ai beau parcourir le monde
Elle est mon seul paysage
Une voix qui s’élève et vient chanter l’essentiel

Refrain:
Je reviendrai comme on plonge
Enfin dans le bain de la vie
Je te vois même dans mes songes
Comme le jour cherche la nuit
Je trouverai enfin tes bras

Je prendrais tous les tournants, tous les tourments
Pour te revenir
Et sans attendre mon tour, je prendrai tous les détours
Puisqu’il y a l’amour à bâtir

Refrain:
Je reviendrai comme on plonge
Enfin dans le bain de la vie
Je te vois même dans mes songes
Comme le jour cherche la nuit
Je trouverai enfin tes bras

Refrain:
Je reviendrai comme on plonge
Enfin dans le bain de la vie
Je te vois même dans mes songes
Comme le jour cherche la nuit

oh oh oh oh, oh oh oh oh

Comme le jour cherche la nuit
Je trouverai enfin tes bras

oh oh oh oh, oh oh oh oh

Nuit

La nuit t'habille dans mes bras
Pâles rumeurs et bruits de soie
Conquérante immobile
Reine du sang des villes
Je la supposais, la voilà

Tout n'est plus qu'ombre, rien ne ment
Le temps demeure et meurt pourtant
Tombent les apparences
Nos longs, si longs silences
Les amants se perdent en s'aimant

Solitaire à un souffle de toi
Si près, tu m'échappes déjà
Mon intime étrangère
Se trouver, c'est se défaire
A qui dit-on ces choses-là ?

As dawn lights up another day
Visions I once had fade away
All of those words unspoken
My wildest dreams all broken
It wasn't supposed to be that way

Should I leave why should I stay
Solitaire à un souffle de toi
Leavin' behind me yesterday
Tout près, tu m'échappes déjà
Am I free or forsaken
Mon intime étrangère
Cheated or awakened
Se trouver, se défaire
Does it matter anyway ?

Bye bye Louis

Louis a fait le mur
Le mur de Fresnes dans la bure
De l'aumonier, il était sûr
De son breviaire et de sa tonsure
Et il s'est dit
'J'y suis, j'y suis, enfin j'y suis!'
C'est dans l'église qu'on l'a cueilli

Puis il s'est fait la malle
Blotti dans un sac de toile
Déguisé en linge sale
Tous ses amis entouraient déjà
La blanchisserie
'J'y suis, j'y suis' - qu'il leur a dit
Mais les poulets y étaient aussi!

Oh bye bye Louis, bye bye bye
Oh bye bye Louis
C'est la vie, c'est la vie, Louis!

Et sur le mur de sa prison
Il grave un petit bâton
Ça fait soixante-douze évasions
Une fois de plus il a failli
Voir sa femme et les petits
Qui s'impatientent à la maison
La promenade en rang par trois
Les boulets, la soupe aux pois
Louis n'a pas le goût à ça
Bye bye Louis, Louis bye bye

Dans la prison qui dort
Peuplée de rêves de coffre-fort
L'alarme sonne et chacun sort
Pour voir Louis qui s'évade encore
Et qui s'écrie
'J'y suis, j'y suis, cette fois j'y suis!'
Puis on le ramène dans son lit

Oh bye bye Louis, bye bye bye
Oh bye bye Louis
C'est la vie, c'est la vie, Louis!

Les copains disent: 'Ne t'en fais pas
Ça s'ra pour une autre fois'
Mais Louis est sombre au violon
À la pensée que ses amis
Font des casses dans le Midi
Pendant qu'à l'ombre il se morfond
À ne rien faire de ses dix doigts
Il perd la main pour ce travail
Il avait tant le goût à ça
Bye bye Louis, Louis bye bye

De l'Alcatraz à Fresnes
De Tsin-Tsin à Saint-Hélène
Tourne encore la rengaine
Qui redit les prouesses vaines
De Louis:
'J'y suis, j'y suis'
Pauvre Louis!

Pages