Paroles de chansons

Orelsan - Fantômes paroles lyrics

La langue: 
Artiste: 
Orelsan - Fantômes sur Amazon
Orelsan - Fantômes Regarder sur YouTube
Orelsan - Fantômes Écouter sur Soundcloud

Fantômes

[Intro]
Hum…
Hey
Mmm..
San..
San , San, San, San, San, San, San, San
Hey, hey
San, San, San, San, San
Hey, San, hey, hey
San, San, San, San
Hey (hey), hey, San
Hey, hey
 
[Couplet 1]
J'essaye plus d'ressusciter des fantôme
Le teint pâle, les dents jaunes
On n'a jamais d'grandes causes
On avait juste des temps d'pause
On m'a dit : 'Maintenant, faut qu'tu sois sérieux
Faut devenir un homme'
J'ai vu des mecs marrants s'prendre au sérieux
Plus jamais faire rire personne
J'ai l'cerveau qui déconne
C'est leurs insultes qui résonnent
Récemment, plus j'me questionne
Plus j'me rapproche de l'exode
Les mecs vieillissent d'viennent pire qu'avant
Etre un homme, c'est garder une part d'enfant
Tu sombres dès qu't'ignores c'que la vie t'apprend
Y'a pas d'raccourci vers le firmament, c'est dur de tenir sa langue
Dans l'lit d'Satan, les dangers portent un visage d'ange
J'sais qu'finalement y'a personne qui m'attend, si j'agis bizarrement
C'est pas qu'j'oublie ma vie d'avant, j'y pense différemment
Y'a pas de psy' sans patient ; leur haine est juste un passe-temps
J'vous baise, soit dit en passant ; j'connais c'qu'on perd en gagnant
Nombreux seraient les absents si y'avait pas d'diamant, sans
Couronne sur la tête, j'm'en battrai les couilles royalement ; San
 
[Refrain]
Bien sûr qu'j'mens quand j'dis qu'j'en ai rien à foutre
Ça serait dommage que tu sois l'seul qui souffre
Han, t'inquiète pas, mes problèmes vont bien
T'inquiète pas, mes problèmes me vont bien
 
[Couplet 2]
Tu t'fous d'ma gueule et j'fais l'mec stupide
J'me fous d'ta gueule mais j'suis plus subtile
T'as pris la confiance, t'es plus lucide
'Désolé, les gars, c'est juste une rime'
Ma vie, c'est comme marcher sur une ligne
J'me barre en couilles quand y'a plus d'surprise
T'es mon amour, elle, c'est juste une fille
J'ai la mélancolie blues du king
J'étais censé t'emmener sur une île
Île-de-France, et nos rêves puent l'urine
Qu'est-ce que j'vais dire à mon futur fils ?
'Désolé mais y'a plus d'futur, file'
Oui, c'est vrai, t'es jolie, mais raconte pas ta vie
C'est vraiment plus la peine
Depuis qu't'as mis en ligne toute ta vie
Tu m'ennuies comme si j't'ai déjà ken'
J'vois plus d'photo, j'vois qu'le négatif
Comme ma plus grande peur, c'est qu'mon verre soit vide
Quand j'roulais trois heures pour une baise rapide
Et qu'ça jouait les divas comme des vieilles actrices
Quand j'bossais trois semaines pour une paire d'Asics
Pour une Air Max 8, pour une veste à zip
Pour un mec raciste, j'voulais faire d'la 'sique
J'voulais refaire ma vie, s'te-plaît, laisse-moi vivre
J'voudrais être naïf, plus croire mon cœur que mes yeux
Voir un Indien dans Paris avec des fleurs, voir un mec amoureux
Mais y'a plus d'magie dans un tour où tu connais les ficelles
On a failli être amis, maintenant, j'sais qu'ça sera juste du business
 
[Outro]
Malgré les beaux habits, les vestes sont réversibles
On restera faux amis, tu peux chercher d'autres cibles
Ils t'appellent 'la famille', pourraient baiser ta fille
Attendent que tu tombes pour te mettre un penalty
Méfie-toi ou tu finiras sous sédatifs
Sois proche de tes ennemis, c'est comme ça, c'est la vie
 

Plus de paroles de cet artiste: Orelsan


Avec les icônes sur la barre latérale droite, vous pouvez regarder, écouter ou acheter en ligne Fantômes paroles fichier de musique ou CD.

Si vous souhaitez télécharger cette musique, vous pouvez cliquer sur licône mp3 sur la barre latérale droite.


Usage personnel ou éducationnel. Orelsan paroles copyright est le propriétaire de cette chanson.



Plus de paroles

La paresse

. . L'âme adore nager.

. . Pour nager on s'étend sur le ventre. L'âme se déboîte et s'en va. Elle s'en va en nageant. (Si votre âme s'en va quand vous êtes debout, ou assis, ou les genoux ployés, ou les coudes, pour chaque position corporelle différente l'âme partira avec une démarche et une forme différentes, c'est ce que j'établirai plus tard.)

. . On parle souvent de voler. Ce n'est pas ça. C'est nager qu'elle fait. Et elle nage comme les serpents et les anguilles, jamais autrement.

. . Quantité de personnes ont ainsi une âme qui adore nager. On les appelle vulgairement des paresseux. Quand l'âme quitte le corps par le ventre pour nager, il se produit une telle libération de je ne sais quoi, c'est un abandon, une jouissance, un relâchement si intime.

. . L'âme s'en va nager dans la cage de l'escalier ou dans la rue suivant la timidité ou l'audace de l'homme, car toujours elle garde un fil d'elle à lui, et si ce fil se rompait (il est parfois très ténu, mais c'est une force effroyable qu'il faudrait pour rompre le fil), ce serait terrible pour eux (pour elle et pour lui).

. . Quand donc elle se trouve occupée à nager au loin, par ce simple fil qui lie l'homme à l'âme s'écoulent des volumes et des volumes d'une sorte de matière spirituelle, comme de la boue, comme du mercure, ou comme un gaz – jouissance sans fin.

. . C'est pourquoi le paresseux est indécrottable. Il ne changera jamais. C'est pourquoi aussi la paresse est la mère de tous les vices. Car qu'est-ce qui est plus égoïste que la paresse ?

. . Elle a des fondements que l'orgueil n'a pas.

. . Mais les gens s'acharnent sur les paresseux.

. . Tandis qu'ils sont couchés, on les frappe, on leur jette de l'eau fraîche sur la tête, ils doivent vivement ramener leur âme. Ils vous regardent alors avec ce regard de haine, que l'on connaît bien, et qui se voit surtout chez les enfants.

To the Apocalypse in Daddy's Sidecar

I've got three wheels and a frame of rust
Blue skies above, and behind us dust
Half a tank of gas won’t carry us far,
But you're safe till apocalypse in Daddy's sidecar

Got shotgun shells and twelve cans of beans,
And an old stuffed doll coming ’part at her seams
Your little lace dress you’ve worn for too far
As you watch the apocalypse from Daddy's sidecar

Life once had us held far too confined
We’ve left job and school far, far behind
You chew your gum as I chew my cigar,
As you ride the apocalypse in Daddy's sidecar

We swam the whole day in oasis pool
The shades beneath the palms became our home-school
We danced past bed time at a desert bazaar,
Now you nod your head in Daddy's sidecar

Hot Damn

[Verse 1]
I got that real good good
And you know it don't come cheap
A pretty penny, a pretty penny, a pretty penny
You like what you see
You want it real bad bad
But you still, you still want more
Looking at me, looking at me
They'll be knocking down my door
 
[Hook]
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools won't leave me alone
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools won't leave me alone
From New York to LA!
And every single day I said
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools don't leave me, leave me alone
 
[Verse 2]
You follow me like dogs
And I can't, can't get no sleep
A pretty penny, a pretty penny, a pretty penny
You just want a piece
Cause I got that real good good
And you just, keep wanting more
Looking at me, looking at me
What the hell you looking for?
 
[Hook]
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools won't leave me alone
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools won't leave me alone
From New York to LA!
And every single day I said
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools don't leave me, leave me alone
 
[Bridge](2x)
Who turnt that temperature up?
It's hot enough to cook an egg in a frying pan
Who turnt that temperature up?
Oh, it's hot enough to make me crazy like the Son of Sam!
Hot damn!
 
[Hook]
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools won't leave me alone
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools won't leave me alone
From New York to LA!
And every single day I said
Hot damn!
These fools try to strip me from my paper
Damn, these fools don't leave me, leave me alone
 

Nora

Got me dreaming
Now I'm losing like before
Got me dreaming
I ain't leaving like before
 
Come see me in the night
Don't leave me in the daytime
 
You're a target without a warning
Do you want more?
And I want you when I see you dancing
So track my fear and fever
You're the night, chase my skin
Track my fear and fever
Give me fire kissing
 
Come see me in the night
Don't leave me in the daytime