Paroles de chansons

Cloud Boat - Godhead paroles lyrics

La langue: 
Artiste: 
Cloud Boat - Godhead sur Amazon
Cloud Boat - Godhead Regarder sur YouTube
Cloud Boat - Godhead Écouter sur Soundcloud

Godhead

There I was
Holiness in your arms
Then I fell into the sea
 

Plus de paroles de cet artiste: Cloud Boat


Avec les icônes sur la barre latérale droite, vous pouvez regarder, écouter ou acheter en ligne Godhead paroles fichier de musique ou CD.

Si vous souhaitez télécharger cette musique, vous pouvez cliquer sur licône mp3 sur la barre latérale droite.


Usage personnel ou éducationnel. Cloud Boat paroles copyright est le propriétaire de cette chanson.



Plus de paroles

Where Is Your Love Today

I remember many times in the park,
We would walk in the sun you and I,
We were young, life was good,
Now everyone says, where is your love today,
 
I remember many hollers by the lake,
We would sing hand in hand you and I,
I was yours, you were mine,
 
Now everyone says, where is your love today,
Now everyone says, where is your love today,
We should be together.
 
I remember many days in the sun,
We would lie in the shade you and I,
We were free, we had time,
Now everyone says, where is your love today,
 
I remember, when you sang in my heart,
As I lie by your side in the park,
There was time to be friends,
Now everyone says, where is your love today,
 
Now everyone says, where is you lovetoday,
you should be together,
Now everyone says, where is your love today,
You should be together.
 

Palais

À Max Jacob.

Vers le palais de Rosemonde au fond du Rêve
Mes rêveuses pensées pieds nus vont en soirée
Le palais don du roi comme un roi nu s'élève
Des chairs fouettées des roses de la roseraie

On voit venir au fond du jardin mes pensées
Qui sourient du concert joué par les grenouilles
Elles ont envie des cyprès grandes quenouilles
Et le soleil miroir des roses s'est brisé

Le stigmate sanglant des mains contre les vitres
Quel archer mal blessé du couchant le troua
La résine qui rend amer le vin de Chypre
Ma bouche aux agapes d'agneau blanc l'éprouva

Sur les genoux pointus du monarque adultère
Sur le mai de son âge et sur son trente et un
Madame Rosemonde roule avec mystère
Ses petits yeux tout ronds pareils aux yeux des Huns

Dame de mes pensées au cul de perle fine
Dont ni perle ni cul n'égale l'orient
Qui donc attendez-vous
De rêveuses pensées en marche à l'Orient
Mes plus belles voisines

Toc toc Entrez dans l'antichambre le jour baisse
La veilleuse dans l'ombre est un bijou d'or cuit
Pendez vos têtes aux patères par les tresses
Le ciel presque nocturne a des lueurs d'aiguilles

On entra dans la salle à manger les narines
Reniflaient une odeur de graisse et de graillon
On eut vingt potages dont trois couleurs d'urine
Et le roi prit deux œufs pochés dans du bouillon

Puis les marmitons apportèrent les viandes
Des rôtis de pensées mortes dans mon cerveau
Mes beaux rêves mort-nés en tranches bien saignantes
Et mes souvenirs faisandés en godiveaux

Or ces pensées mortes depuis des millénaires
Avaient le fade goût des grands mammouths gelés
Les os ou songe-creux venaient des ossuaires
En danse macabre aux plis de mon cervelet

Et tous ces mets criaient des choses nonpareilles
      Mais nom de Dieu !
      Ventre affamé n'a pas d'oreilles
Et les convives mastiquaient à qui mieux mieux

Ah ! nom de Dieu ! qu'ont donc crié ces entrecôtes
Ces grands pâtés ces os à moelle et mirotons
Langues de feu où sont-elles mes pentecôtes
Pour mes pensées de tous pays de tous les temps.

Your armies

This is the last time I let you invade
My heart with your armies
This is the last time I let you invade
My heart, my heart
 
Only the stains could overdrive
You like to feel vain, dozens of miles
And you look great, open the wine
Open the lies you keep on guard
 
Meet me on a lake
You lie to fake another take
You're mine
Oh, mine
 
Shoot another take
And I can fake a little break
You’re mine
Oh, mine
 
Break another bed
And we can sing a little sad song
Why
Oh, why
 
Fate, you wanna hide
Still, you know
You can't replace
My eyes
Oh eyes, oh eyes
 
Now this time you draw the line
 
This is the last time I let you invade
My heart with your armies
This is the last time I let you invade
My heart, my heart
 
Only the stains could overdrive
You like to feel vain, dozens of miles
And you look great, open the wine
Open the lies you keep on guard
 
Meet me on a lake
You lie to fake another take
You're mine
Oh, mine
 
Fate, you wanna hide
Still, you know
You can't replace
My eyes
Oh eyes, oh eyes
 
Now this time you draw the line
 

Alors Dieu châtia l'Homme

Il y a bien de cela bien longtemps, lors de la création du monde,
Dieu avait dit à l'homme : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front. » Et l'homme ne voulut point se plier à l'exigence de Dieu. Il imagina, inventa, conçut des appareils pour qu'ils le servent en toutes circonstances et même des cerveaux électroniques pour qu'ils pensent à sa place. Cependant l'homme travaille toujours.
Dieu avait dit à l'homme : « Tu ne tueras point. » Là encore l'homme ne voulut point obéir. Révélant sa nature immonde et abjecte, il imagina les pires moyens pour tuer de plus en plus vite et de plus en plus loin jusqu'à la bombe pour détruire en masse. Et pourtant l'homme existe toujours.
Dieu avait dit à l'homme : « La liberté d'autrui, tu respecteras. » Et là encore l'homme ne voulut point obéir. Il inventa la tâche pour réduire le cheval en esclavage et exploita avec cupidité ses frères d'une race différente, il instaura même les guerres pour asservir les peuples entiers. Et pourtant l'homme se dit libre.
Dieu avait dit à l'homme : « Je te donne la Terre. » Et l'homme ne s'en est pas contenté. Il conçut les engins les plus énormes pour s'élever dans les airs et construisit dans sa soif de grandeur les fusées les plus diaboliques pour asservir l'Univers entier.
Alors Dieu châtia l'homme !